Revenir aux nouvelles

L’ordinateur Condor, ça va voler pour IBM?

Rédigé par Sébastien Pelletier-Dubé Vice-président TI

 

IBM a dévoilé son calendrier de livraison pour son nouvel ordinateur quantique de plus de 1 000 qubits, et croyez-moi, si les attentes se réalisent, ce sera une machine extraordinaire!

En effet, si la tendance se maintient, en 2023 IBM lancera un nouvel ordinateur quantique connu sous le nom de Condor. Il comprendra 1 121 qubits; la première machine d’IBM à franchir le cap des 1 000 qubits, ce qui sera une augmentation de 17 fois par rapport à son projet Hummingbird de 2020.

Les chercheurs d’IBM ayant surmonté bon nombre des défis antérieurs en matière de mise à l’échelle, Condor représente un point d’inflexion dans la commercialisation de la technologie quantique. Une autre société, D-Wave Systems, avait précédemment annoncé des ordinateurs quantiques comportant des milliers de qubits. Cependant, ceux-ci reposaient sur une technique appelée Recuit quantique – avec des taux d’erreur élevés et généralement non acceptés par les chercheurs comme de véritables ordinateurs quantiques universels. En revanche, la dernière machine d’IBM présentera théoriquement une précision extrême, avec des taux d’erreur passant de 1 % en 2020 à environ 0,000 1 %, lors de sa sortie en 2023.

Théoriquement, ce nouveau processeur pourra résoudre une série de problèmes, avec des charges de travail plus complexes que n’importe quelle puce existante. Le projet sera donc utilisé pour explorer les potentiels avantages quantiques – des calculs qui fonctionnent plus efficacement sur un ordinateur quantique que sur les meilleurs superordinateurs du monde. Cette technologie sera d’ailleurs rendue possible grâce à un réfrigérateur à dilution plus grand que tout autre construit précédemment, pour sur refroidir les différents composants jusqu’à une température proche du zéro absolu.

Ce qui amène donc la question : mais qu’est-ce qu’un ordinateur quantique?

Les ordinateurs quantiques sont des machines qui utilisent les propriétés de la physique quantique pour stocker des données et effectuer des calculs. Contrairement aux ordinateurs classiques, qui encodent les informations en bits binaires (0 ou 1), ceux-ci utilisent plutôt le bit quantique, communément appelé : qubit.

Les ordinateurs quantiques sont des machines qui utilisent les propriétés de la physique quantique pour stocker des données et effectuer des calculs. Contrairement aux ordinateurs classiques, qui encodent les informations en bits binaires (0 ou 1), ceux-ci utilisent plutôt le bit quantique, communément appelé : qubit.

C’est là que les ordinateurs quantiques prennent leur avantage sur les ordinateurs classiques. Dans les situations où il existe un grand nombre de combinaisons possibles, les ordinateurs quantiques peuvent les considérer simultanément. Les exemples incluent d’essayer de trouver les facteurs premiers d’un très grand nombre ou le meilleur itinéraire entre deux endroits.

Cependant, les ordinateurs quantiques ne feront malheureusement pas partie de nos ménages de sitôt. Pour l’instant, ceux-ci sont très sensibles : la chaleur, les champs électromagnétiques et les collisions avec les molécules d’air peuvent faire perdre à un qubit ses propriétés quantiques. Ce processus, connu sous le nom de décohérence quantique, provoque le plantage du système et il se produit d’autant plus rapidement qu’il y a plus de particules impliquées. Les ordinateurs quantiques doivent donc protéger leurs qubits des interférences externes, soit en les isolant physiquement, en les gardant au frais ou en les zappant avec des impulsions d’énergie soigneusement contrôlées. Des qubits supplémentaires sont donc nécessaires pour corriger les erreurs qui se glissent dans le système, d’où la course aux qubits mentionnée ci-haut.

La technologie vous intéresse ou vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à contacter l’Équipe de Transition Services Conseils en écrivant à info@transitionsc.ca!

This site is registered on wpml.org as a development site.